previous arrow
next arrow
Slider

Moulin de Valmy

La plus ancienne mention de ce moulin à vent remonte à 1634.
Il fut le témoin de la célèbre bataille où les sans-culottes de Dumouriez et Kellerman firent reculer l’armée prussienne. Incendié sur ordre de Kellermann, il fut rapidement reconstruit, puis à nouveau démoli en 1831. Le moulin venu du Nord qui fut implanté sur le site entre 1939 et 1945, fut abattu par la tempête de 1999. Six années après cette fameuse tornade qui ravagea une bonne partie de la France, Valmy a retrouvé son célèbre moulin, le quatrième de son existence ! Mais maintenant il peut à nouveau moudre du grain. Très différent du précédent, il est redevenu un vrai moulin champenois, dont la grande caractéristique est le piédestal à huit dés et donc une double croisée. Il est situé au sud-est du village de Valmy, à 167 m d’altitude, sur un point haut de ce plateau de l’Argonne.
Il a été reconstruit dans le Nord par l’entreprise Création Bois Construction sous la maîtrise d’œuvre d’un architecte du Loir-et-Cher, Alain Cartier. Ses ailes sont à toiles. Les toiles et les meules sont originaires de Hollande. Ce moulin à vent a une allure très élancée. Il a été inauguré le 20 septembre 2005, en présence de Mme Alliot-Mary, Ministre de la Défense.
Ouvert à la visite sur demande.

 

Le nouveau moulin de Valmy (Marne)

Six années après la fameuse tornade qui ravagea une bonne partie de la France et réduisit le moulin de Valmy en tas de bois, Valmy retrouve enfin son célèbre moulin, le quatrième de son existence !
Mais, cette fois-ci, il fonctionnera à nouveau pour moudre le blé des vastes plaines de la Champagne. Très différent du précédent, mais plus proche des moulins Champenois, il est aussi plus authentique. Ce fut en effet l’occasion de restituer un vrai moulin champenois, dont la grande caractéristique est le piédestal à huit dés et donc une double croisée. Egalement dans sa conception de la cage et toiture, plus proche des moulins picards et parisiens que des moulins du Nord.
C’est cependant dans le Nord qu’il sera reconstruit. Plusieurs appels à candidature pour trouver un maître d’œuvre ont eu lieu. C’est finalement un architecte du Loir et Cher, M. Alain Cartier, qui a été choisi. Quant à l’appel d’offres pour la reconstruction, c’est une entreprise du Nord qui l’a décroché ! Non seulement pour son prix, mais aussi pour sa compétence. Patrick Ducros, charpentier et patron de l’entreprise Création Bois Construction, a déjà à son actif quelques restaurations, dont le moulin à farine de Villeneuve d’Ascq et le moulin de Comines-Belgique, deux moulins sur pivot.
D’avril 2004 au 5 avril 2005, les plans seront réalisés, les vestiges du moulin acheminés à Villeneuve d’Ascq, les pièces du moulin construites, acheminées et montées sur place.
Les voiles sont amenées de Hollande par leurs fabricants mêmes, deux jeunes meuniers volontaires qui, dans leur enthousiasme communicatif, les ont aussitôt installées. Ainsi, dès le deuxième jour, les nombreux photographes et habitants ont pu voir les magnifiques ailes tourner au vent du soir.
En mai, les meules, également originaires de Hollande, sont mises en état de marche. Une petite bluterie de démonstration est installée en juin et le moulin déjà produire sa farine.
Il ne reste plus qu’à attendre le mois de septembre, date anniversaire de la bataille, pour son inauguration.

D’après une note de Jean Bruggeman

Nouvelles du moulin

Par une lettre du 26 mars 2003, le responsable de l’association pour la reconstruction du Moulin de Valmy, Bruno Bourg-Broc, nous informe de l’avancement du projet.
Le 13 décembre 2002, un chèque de 146.350 €, montant des dons recueillis par l’association, a été remis, par l’associations, à la Communauté de communes de la région de Sainte-Menehoulde, en charge du projet.
Le maître d’œuvre, l’architecte Alain Cartier, a présenté l’avancée de ses recherches pour la reconstruction du moulin. Il a trouvé un seul moulin champenois qui subsiste à l’heure actuelle, celui de Verzenay.
Ses plans s’inspireront de cette structure, une grande « cage » en chêne ou en châtaignier, une couverture en bois et des ailes à toiles. La construction du moulin, à elle seule, est estimée à 380 000 €.
Le calendrier est le suivant : mi-avril, finalisation des plans ; Juin juillet, consultation et choix des entreprises ; les travaux du moulin devrait être terminés en Juin 2004.

Contact :
Mairie
Téléphone : 03 26 60 27