previous arrow
next arrow
Slider

Moulin Paysan, Etampes

 

La reconstruction d’une roue à goitre

Il en va des roues, comme des façades des bâtiments : il y a des façades rustiques du XVe siècle, en bois ou en pierre, selon les régions ou les moyens de leur propriétaires, d’élégantes façades renaissances, inspirées de l’architecture italienne, les foisonnantes façades baroques, les façades classiques plus sobres aux lignes antiques.

Les roues des moulins connaissent la même diversité, selon les époques, les matériaux, les régions, les sites hydrauliques, les constructeurs, les moyens financiers du meunier, les connaissances en hydraulique et en mécanique du moment ou du constructeur…

Il est intéressant lors des restaurations de conserver cette diversité, et de reconstruire, lorsqu’il faut reconstruire, des roues qui sont de réels témoignages d’une époque, d’une région, d’une technique, d’un constructeur…

Si l’évolution des techniques et des connaissances au cours des siècles n’est pas toujours connue du grand public, les deux principaux hydrauliciens du XIXe siècle, Poncelet et Sagebien, et les roues qu’ils ont conçues selon leur théorie, sont souvent évoqués pour classer les roues des moulins.

Mais il y eu bien d’autres hydrauliciens, et surtout bien d’autres types de roues.

La roue du Moulin Paysan à Etampes qui vient d’être restaurée a été l’occasion de reconstruire un type de roue sans doute complètement disparu aujourd’hui : la roue à goitre (traduction par Armangaud de l’allemand « kropf-rad »).

Le site hydraulique, l’axe en chêne déjà en place que les propriétaires souhaitaient conserver, le matériaux de construction (le chêne) retenu par les propriétaires amenaient naturellement à la reconstruction de ce type de roue.

Il s’agit d’une roue de côté, à aubes planes, inclinées par rapport aux rayons dans le sens inverse des roues Sagebien, et recevant l’eau presque de la même façon qu’une roue de type Poncelet. Les effets de l’eau sur les aubes sont à la fois ceux d’une roue Poncelet, d’abord, puis ensuite ceux d’une roue en dessous à aubes planes.

Ce type de roue était implanté sur de petits cours d’eau, au débit assez faible. C’est une roue à vitesse de rotation rapide.

Callon, hydraulicien français, a conçu ,et fait construire des roues d’un type assez proche.

C’est une roue qui a aujourd’hui un réel intérêt historique et technique. Elle a de plus, par l’utilisation massive du chêne et la complexité de sa structure, fort belle allure.

Visible de la rue, 7 rue Badran à Etampes

Alain Proust