previous arrow
next arrow
Slider

Grand Plan de Valorisation des Moulins

Le grand plan de valorisation des moulins

Un moulin à eau consiste à aménager sur une rivière un petit barrage, appelé aussi seuil ou chaussée, ayant pour effet d’élever le niveau des eaux afin de profiter de leur chute pour actionner une roue servant traditionnellement à divers usages : moudre, broyer, scier, frapper et aujourd’hui produire de l’électricité (petite hydroélectricité).
A l’instar des barrages de castors qui les ont précédés pendant des millénaires, les moulins à eau ont des effets majeurs sur nos rivières et en particulier d’augmenter considérablement les masses d’eau y circulant, et de ralentir les écoulements en amont des seuils.
Rétention d’eau, participation à l’alimentation des nappes, régulation des écoulements, amortissement des phénomènes de crue, maintien de zones humides riches en biodiversité aquatique et rivulaire, zone refuge pour la biodiversité lors des assecs estivaux et même dénitrification (abaissement des nitrates et dérivés), la succession de petites retenues d’eau des moulins offrent des bénéfices considérables tant pour les hommes que pour les milieux aquatiques.

Valorisation énergétique

A la faveur de la volonté nationale de substituer aux énergies fossile et nucléaire, des énergies propres et renouvelables, nos parlementaires ont voté ces dernières années diverses lois et en particulier la toute récente loi « énergie climat » de novembre 2019 qui promeut le développement de la petite hydroélectricité.
D’après l’étude européenne « Restore hydro », 25 000 sites de moulins seraient ré-équipables en France pour un potentiel de 4 Twh de production électrique annuelle soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 2,2 millions de personnes hors chauffage (sources : étude Punys et al de 2018, Agence France Electricité).

Au moins 4 Twh de potentiel de production d’énergie verte et renouvelable

Valorisation environnementale


De même, la connaissance des effets de « dénitrification » de nos eaux mis en œuvre dans les plans d’eau formés par les seuils de moulins incite notre Fédération à mettre nos moulins au service de la dépollution. Un projet novateur de « zone humide dépolluante » sera lancé dans les mois à venir avec la participation d’experts et de bureau d’études reconnus avec pour finalité de maximiser les effets de rétention d’eau, de préservation de la biodiversité et de dépollution des eaux en amont

Lutte contre les effets du dérèglement climatique, dépollution des eaux

Stop à la destruction des moulins

Les moulins sont un formidable outil au service des grands défis de notre époque. Il est urgent de les valoriser et de cesser de les détruire au nom d’une doctrine ayant totalement dévoyé les souhaits de nos parlementaires et ne faisant l’objet d’aucun consensus scientifique.
Nos élus seront appelés à nous soutenir et à accompagner ces projets partout en France afin de valoriser le potentiel des 50 000 moulins à eau français et les engager au service de la transition énergétique, de la lutte contre les effets du réchauffement climatique et de la dépollution des eaux.

Projet de loi climat
FFAM – FDMF – ARF

Amendements déposés
Février 2021

Pour s’assurer de la réussite du Grand Plan de Valorisation des Moulins, plusieurs commissions voient le jour et d’autres sont étoffées :

les commissions :

Commission coordination

Commission valorisation énergie

Commission valorisation environnement

Commission politique

Commission communication

Commission juridique

Commission patrimoine

Commission moulins à vent

Une nouvelle répartition des associations par bassin avec pour chacun un référent et une équipe « locale » :

Bassin Loire Bretagne : M. Robert Birot
Bassin Seine Normandie : M. Gérard Sellier
Bassin Artois Picardie : M. Didier Fillatre
Bassin Rhone Méditerrannée : M. Michel Darniot
Bassin Adour Garonne : M. Serge Despeyroux, M. Roland AGRECH, M. Alain Forsans et M. Nicolas Hossard
Bassin Rhin Meuse : M. Paul André Marche

Voir l’organisation des bassins