previous arrow
next arrow
Slider

Éditorial, par Alain Forsans

Le Congrès 2017 fêtant les 40 ans de la FFAM vient de s’achever. Les débats du vendredi après-midi, l’assemblée générale statutaire du dimanche matin et toutes les visites des merveilleux moulins de l’Ain ont ravi les 120 participants venus de la France entière. L’accueil des associations de l’Ain a été, d’un avis général, formidable, les membres de l’AMA 01 organisateurs ont géré cette manifestation avec brio dans des lieux magnifiques.

Cette année d’élections, présidentielles et législatives, nous laisse perplexes, rien ne se passe comme prévu et même s’il y a un grand élan de renouveau, nous nous interrogeons sur la politique que va adopter ce nouveau gouvernement à l’égard des moulins. Nous avons, dès sa nomination, demandé un entretien au ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, en lui rappelant l’état des lieux des rivières et nos arguments pour la défense des seuils de nos moulins. Tout le réseau de la FFAM est sur le pont pour rencontrer les nouveaux députés. C’est par eux que nous pourrons faire passer une nouvelle loi équilibrée pour la gestion des rivières. Lors des ateliers du Congrès nous avons insisté sur la nécessité de remonter des éléments de terrain et des arguments auprès du bureau, afin de pouvoir écrire un projet de loi qui sera présenté par les élus sensibles à notre cause. La FFAM n’existe que par vous, par vos actions et par vos idées.

Lors du congrès, nous avons reçu un Député de l’Ain Xavier Breton, un Sénateur du Jura Gérard Bailly, et un Sénateur de l’Ain Patrick Chaize, ils ont participé à nos travaux et nous assuré de leur appui pour l’écriture et la proposition d’une loi équilibrée. Les années 2015 et 2016 ont été prolifiques pour notre combat, nous avons prouvé qu’il était possible de protéger nos moulins, 2017 et 2018 devront être un pas décisif en faisant reconnaitre les avantages écologiques, économiques et culturels de nos moulins. Continuons à porter ensemble notre message sur tout le territoire : « Les moulins un patrimoine plein d’énergies ».

Les moulins à vent sont bien silencieux, nous les remercions pour leur solidarité envers les moulins à eau, pourtant ils subissent les attaques des coups de vents qui du fait du réchauffement climatique augmentent en violence. Chaque aile brisée est remplacée, et les moulins recommencent à écraser du blé. Eléments remarquables de nos paysages, ils représenteront toujours en premier l’image du mot moulin.

40 ans de vie associative et d’investissements personnels des membres de la FFAM, 40 ans de luttes pour la sauvegarde des moulins, tout cela est bien résumé par André Coutard et Annie Bouchard  dans nos pages spéciales « La FFAM, ses origines, son histoire ». Nous pouvons nous inspirer de l’expérience de nos anciens, elle nous sera utile pour les combats que nous devons mener ensemble avec toujours « information, dialogue et fermeté ».