previous arrow
next arrow
Slider

La FFAM ne signera pas la « Charte des Moulins » proposée par la Direction de l’Eau et de la Biodiversité

La FFAM ne signera pas  la « Charte des Moulins » proposée par la Direction de l’Eau et de la Biodiversité

La FFAM rappelle son attachement au principe de restauration du bon état de la qualité de l’eau, sous réserve qu’il aboutisse à la conservation de la biodiversité aquatique endémique et à la sauvegarde des espèces de poissons en voie de disparition, conformément aux engagements de l’État. Dans ce but, la FFAM a bâti une stratégie reposant sur les résultats obtenus par des personnalités qualifiées, objectives et indépendantes de notre structure, qui apportent des preuves irréfutables que les seuils des moulins ne sont pas responsables de la disparition des poissons (à l’inverse des barrages) et sont en plus le support de fonctions profitables à l’environnement. La FFAM, à la demande des Associations adhérentes, ne signera pas la charte des moulins proposée par la DEB car elle n’aboutira pas à l’objectif fixé par l’Etat et la Commission Européenne dans la mesure où elle ne cible pas les réelles

causes de la disparition de la biodiversité aquatique. En outre, elle entraîne une profonde injustice sociale et ne tient pas compte des priorités nationales que sont : les économies budgétaires, la création d’emplois, la transition énergétique, et surtout la lutte contre la pollution et le réchauffement

climatique. Elle prive le pays de méthodes durables et particulièrement efficaces pour produire de l’énergie électrique renouvelable, indispensable pour réduire les effets des dérèglements du climat. Les moulins attendaient deux choses simples et claires de l’Etat : cesser la priorité aux effacements (non prévus par la LEMA 2006 et la loi de Grenelle 2009) ; cesser les demandes disproportionnées et/ou arbitraires d’aménagement à coût exorbitant. Nous n’avons aucune justification de souscrire

à un texte équivoque qui contourne les problèmes de fond. D’autant que le décret de juillet 2014 et l’arrêté du 11 septembre 2015, publiés tandis que nous étions assis ensemble à la Table ronde de la Charte, constituent une agression manifeste contre les droits des moulins. Il en est résulté la rupture de la confiance avec la DEB.

https://www.moulinsdefrance.org/wp-content/uploads/2018/09/charte_refussignature.pdf