previous arrow
next arrow
Slider

La forge à la catalane : modernité d’une sidérurgie ancienne aboutie (II)

Francis Dabosi, Professeur d’Université honoraire

Article de 6 pages avec schémas, cartes et photos.

 

Four catalan, forge à la catalane : le qualificatif catalan n’apparaît qu’en 1775 dans les milieux académiques qui lui préfèrent forge à trompe, forge propre à couler du fer ou forges du comté de Foix et du Roussillon, reflétant le rattachement du Comté de Foix au Roussillon, de 1716 à 1784. De fait, au 19e siècle, on reconnaît que la Catalogne, l’Ariège et l’Andorre partagent la paternité et la notoriété de ce patrimoine technique. Fruit d’une subtile « alchimie » entre eau, air et feu, la forge à la catalane exprime sa modernité par l’exploitation optimale des sources d’énergie et des échanges minerai-combustible dans un four de conception originale. Au terme de plus de 200 ans d’exploitation, elle ne put résister au tsunami de la sidérurgie lourde des hauts fourneaux.

Quand est-elle réellement apparue dans les Pyrénées ?

L’innovation technique majeure, la trompe à eau dont l’imposante structure est chargée d’insuffler l’air dans un nouveau bas fourneau, apparaît en 1630 dans l’Apennin ligure. On la désigne aussi trompe hydroéolique car l’eau sert de vecteur à l’air insufflé dans le foyer par l’intermédiaire de tuyère(s) appropriées(s). Elle dote la forge à la génoise en 1631 en Corse. Elle n’est importée en Espagne qu’en 1660. Dans le Pays de Foix et la Catalogne, son usage très large entre 1732 et 1749 croît encore au 19e siècle ; les expressions forge à la catalane, méthode à la catalane ou feu catalan se banalisent alors. Les traités techniques de Biringuccio (1540), d’Agricola (1556) et des Encyclopédistes sont riches en idées innovantes tout comme les rapports, ouvrages commandités par l’Etat, colloques, thèses et publications.

Esquisse d’une carte d’identité de la forge à la catalane. L’identité de la forge à la catalane réside dans l’usage d’un foyer quadrangulaire, de la trompe hydroéolique pour la ventilation du four, et de l’énergie hydraulique pour le forgeage. L’innovation porte sur la structure et la taille du bas foyer, sur le mode d’insufflation du vent et sur le marteau.