previous arrow
next arrow
Slider

La Vendée, Unique et Différente…

Extrait d’un article de 3 pages, aves dessins et photos, par Robert Birot, président de l’AVAM

Vendée, notre très chère Vendée          

Elle fut créée à la Révolution, car c’est la Révolution qui, héritant du Bas Poitou, créa La Vendée. On dit que le nom initialement prévu était « les Deux Lay », deux petites rivières de Vendée, comme il y a les « Deux Sèvres »… Mais à l’époque, 2 de nos députés vendéens, présents à l’Assemblée, étaient vraimenttrès laids… et donc, pour qu’il n’y ait pas de risque qu’ils se sentent visés, on opta pour le nom d’une autre rivière qui traverse le département : la Vendée.

En 1793, les promesses de 1789 se transforment en terrorisme d’Etat, suscitant ici en Vendée une formidable insurrection populaire. Sans le savoir, les insurgés reconstituent le territoire de leurs lointains ancêtres AMBILATRES, « ceux qui n’ont pas capitulé devant César », comme le rappellera plus tard Georges Clémenceau.

Survenant après des années de vexations diverses et de persécutions religieuses mais aussi après la mort du roi, qui, pour beaucoup de Français, demeure sacré, l’insurrection se greffe sur des mécontentements innombrables, et le sentiment, fondé, que le mouvement révolutionnaire n’a été profitable qu’à la bourgeoisie citadine, mal aimée des ruraux. La levée en masse de 1793 est le détonateur qui précipite une explosion de fureur trop longtemps contenue. Les catholiques de l’Ouest refusent de se battre pour le pouvoir honni et préfèrent se rallier à la cause de la monarchie, protectrice traditionnelle de leur religion.

Un peu d’Histoire

L’insurrection de 1793 fut l’œuvre des « Bocains » et des Maraichins du Nord Ouest. Les Vendéens du Sud, ceux de la plaine de Luçon, de Fontenay le Comte et du Marais Poitevin, et aussi ceux des villes et des ports littoraux, demeurèrent fidèles à la République.

Trois ans après sa création, le département se trouve donc partagé entre une Vendée « Bleue » et une Vendée « Blanche ». Militairement vaincue en 1793, la Vendée paie au prix fort, dans les premiers mois de 1794, de s’être dressée contre la dérive terroriste de la Révolution.

Douze « colonnes infernales » commandées par le général Turreauquadrillent la région. Elles avaient pour ordre« d’exterminer tous les brigands ayant participé à la révolte, femmes et enfants inclus, de faire évacuer les populations neutres ou patriotes, de saisir les récoltes et les bestiaux et d’incendier les villages et les forêts, de faire enfin de la Vendée un ‘’cimetière national’’ avant de la faire repeupler par des réfugiés républicains ».

Durant toute la durée de l’insurrection, les moulins à vent jouèrent un grand rôle, signalant les positions des troupes de la République aux Vendéens par un savant jeu de position de leurs ailes. Raison pour laquelle ils furent systématiquement incendiés et détruits par les Bleus, entre autres les 8 moulins du Mont des Alouettes aux Herbiers. La conséquence est que beaucoup de moulins que nous connaissons aujourd’hui sont de construction (reconstruction) récente, première moitié du XIXe siècle.