previous arrow
next arrow
Slider

Les moulins à marée aux États-Unis. Compte-rendu 11e conférence du Tide Mill Institute

par Anthony Martin

Extrait d’un article de 3 pages avec photos de l’auteur.

 

Les 6 et 7 novembre derniers s’est déroulée à Berverly, près de Boston aux États-Unis, la 11e conférence annuelle du Tide Mill Institute, association officiellement créée le 3 février 2007 par Earl Taylor, président de la Société Historique de Dorchester, Earle Warren, historien spécialisé dans le

domaine maritime, et John Goff, ancien rédacteur du Tide Mill Times. Ils se sont fixé comme objectifs d’oeuvrer à la reconnaissance de l’énergie marémotrice aux États-Unis et au niveau mondial, d’encourager les recherches sur les moulins à marée, de réunir des informations afin de réaliser une base de données pour les étudiants, doctorants, chercheurs mais aussi de promouvoir les utilisations contemporaines de l’énergie marémotrice. Chaque année, les membres de l’Institut et autres amateurs de moulins à marée du monde entier se réunissent afin de partager et d’échanger autour d’une thématique différente : « Les marées : une source d’énergie oubliée ? » en 2013, ou encore « L’utilisation des marées » en 2014. Cette année le thème retenu a été « Archéologie et Patrimoine ». Le rendez-vous était donné dans la ville côtière de Beverly à 40 km au nord de Boston, au Cummings Center, ancienne entreprise de fabrication de chaussures abritant aujourd’hui des bureaux et lieux de conférences. C’est donc dans cette ambiance de reconversion industrielle que pas moins de 40 personnes se sont réunies afin d’écouter et d’échanger avec les communicants présents. L’événement était articulé en 2 sessions, une le vendredi aprèsmidi et une autre le samedi matin. La session d’ouverture a été présidée par E. Warren qui a introduit la thématique de la conférence en présentant les différents sujets qui ont été abordés par la suite, et qui a également détaillé le programme de ces journées. C’est John Daly, archéologue et historien de l’industrie qui a débuté la première session. Son intervention portait sur les recherches et les fouilles archéologiques menées sur le site d’un ancien moulin à marée situé à Beverly : le moulin Friend. Il s’agissait d’un ancien moulin à maïs, installé en 1647 sur la rivière Bass. Ce moulin a été un élément très significatif de

l’industrie et de l’agriculture à Beverly et Salem (ville voisine) de 1640 à 1880, date à laquelle le moulin a été détruit. Aujourd’hui ce site est considéré comme très important tant du point de vue historique qu’archéologique. C’est d’ailleurs le laboratoire public d’archéologie qui mène actuellement les recherches concernant ce site et John Daly a détaillé les différentes campagnes et les résultats notamment concernant les différentes évolutions du site. Il explique par exemple que

la digue a été déplacée en 1848 plus en aval sur le côté sud de la rue Elliott, peut-être pour permettre aux plus grands navires d’accéder plus facilement au moulin. En 1851, une tour à grains munie d’un système d’ascenseur est installée et une partie du moulin du XVIIe siècle est démolie et les matériaux réutilisés pour la création d’une grange. Une photographie de 1880 montre clairement la présence de la tour à grains côté sud face à la mer tandis qu’une enseigne peinte sur laquelle est écrite la mention « ascenseur et moulins ». Avec le deuxième intervenant, John Anderson, expert en

science politique et spécialiste des affaires maritimes, nous nous sommes déplacés de l’État du Massachusetts pour celui du New Jersey et plus précisément au coeur de la Rancocas Creek dans la rivière Delaware. Sa relation avec cette région a commencé lorsque l’Etat du New Jersey lui a proposé en 2014 de descendre la rivière en kayak afin de faire des observations sur de possibles aménagements. Durant cette « balade », il a pu observer avec précision l’environnement, les berges, les courants etc. Il s’avère que le marnage dans le Rancocas Creek est assez important. Cette donnée, associée au découpage des abords lui a fait se poser la question d’une éventuelle occupation par des moulins à marée dans cette partie de la rivière Delaware. Il a commencé à faire quelques recherches sur d’éventuelles traces de moulins dans les archives et est retourné fréquemment sur site pour observer ce qui pourrait constituer un lieu possible pour l’implantation d’une digue. J. Anderson n’en est encore qu’au début de ses investigations et est venu à la conférence pour exposer les résultats de ses premières recherches, ainsi que demander l’avis des experts dans la salle. Cette réunion a donné lieu à un débat intéressant, notamment au sujet des pierres de taille retrouvées dans la rivière, ayant pu servir à l’édification d’une digue. Affaire à suivre…